BAKANIME #09 Project A-KO – Le Hentai manqué

BAKANIME #09 Project A-KO – Le Hentai manqué

Phil » parle d’une saga inconnue en France et qui puise ses racines dans le Hentai : Project A-Ko !

Parodie de la japanime des 70’s et début 80’s, Project A-Ko est une oeuvre culte au pays du soleil levant qu’il fallait vous faire découvrir ! Et puis lorsque ça permet de parler Hentai, on ne dit pas non !

Bonne émission et bon animé !

@philfuzz @BakastTV

About the Author

BAKAST MINI #10 – DRAGON BALL la résurrection de Freezer

BAKAST MINI #10 – DRAGON BALL la résurrection de Freezer

Les amis, Freezer is back dans la suite du film Dragon Ball Battle of God.

Phil et Fab vous proposent une critique de ce Dragon Ball Fukkatsu no « F »
Sortie de projection tournée le 10 juillet 2015 aux pieds du Grand Rex (Paris).

Bonne émission les amis, et n’oubliez pas que le Freezer ça fait toujours froid dans le dos !
(l’homme qui vient d’écrire cette phrase a été assassiné, ne vous en faites pas).

Bon animé !

@bakastTV @philfuzz @fabfuzz

About the Author

BAKAST #49 NARUTO – Enfin la fin !

BAKAST #49 NARUTO – Enfin la fin !


Et voici le Bakast consacré à Naruto, ce petit manga d’auteur qu’une poignée de personne connaissent (bah si tu prends l’échelle de l’univers infini, si ! ).
Nous revenons sur la fin du manga avec du Spoil et du Troll, puis sur le film Naruto The Last qui complète cette fin si généreuse…

Bonne émission !

@BakastTV @Philfuzz @allpo_foo

About the Author

BAKANIME #08 DRAGON BALL – HS ET FILMS !

BAKANIME #08 DRAGON BALL – HS ET FILMS !

Après le Bakast « Dragon Ball Batte of the Xenoverse », nous continuons de fêter les 30 ans du célèbre manga et cette fois, nous revenons sur les Hors Séries :Épisodes fileurs, films, OAVs et téléfilms sont donc analysés par un Phil’san très objectif !
Un Bakanime bien plus long que d’ordinaire, mais la saga le mérite bien !
Bonne émission les super Sayans !
Rejoignez nous sur la page Facebook de Bakast Ou sur Twitter : @BakastTV /@philfuzz

About the Author

BAKAST #48 DRAGON BALL Battle of the Xenoverse

BAKAST #48 DRAGON BALL Battle of the Xenoverse

Téléchargement Itunes : SD ou HD

Ossu ! C’est avec le plus grand bonheur que l’équipe de Bakast offre une émission consacrée à Dragon Ball !
Comment passer à côté des 30 ans du manga ? Surtout que le film Battle of God et le jeu Xenoverse viennent de sortir dans l’hexagone !

Dragon Ball est aussi une religion pour les chroniqueurs Phil et Ced, ce qui n’est pas le cas d’Allpo qui donnera un point de vu moins « fanboy » sur la licence.

0:00:00 : Sketch d’intro
0:04:06 : Sommaire
0:05:55 : Retour rapide sur Dragon Ball
0:16:10 : Double Chronique Battle of God
0:29:54 : Chronique Xenoverse
0:41:36 : Conclusion

Bonne émission à toutes et à tous !

About the Author

Bakast Mini #08 Saint Seiya Sanctuary

Bakast Mini #08 Saint Seiya Sanctuary

SPOIL !

Téléchargement direct : SD ou HD (Enregistrer sous)
Téléchargement Itunes : SD ou HD

Pour ce nouvel épisode de Bakast Mini, nous revenons sur le film Les chevaliers du Zodiaque qui a eu une très bonne exploitation en salles en France.
Alors à quel public ce film s’adresse, aux fans ou aux profanes ?

En complément, voici la critique écrite :
http://www.cinefuzz.fr/2015/02/24/les…

@Philfuzz @Allpo_Foo

About the Author

Les chevaliers du Zodiaque – La légende du sanctuaire. CRITIQUE

Les chevaliers du Zodiaque – La légende du sanctuaire. CRITIQUE

Enfin les dieux sont avec nous et sur grand écran !

Dire qu’on attendait ce film ne serait qu’euphémisme tant la folie qui ronge les fans (dont je fais partie) est toujours plus maladive. Economiquement, Saint Seiya est le Star Wars japonais ! Mangas et animés ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Le nerf de la guerre est constitué des produits dérivés à n’en plus finir, toutes ces figurines vintage, ces Myth Cloth, Myth Cloth EX, gashapons… Le tout dans chaque version des armure de chaque personnage, de chaque médium… Cette saga a toujours réussi à se relancer grâce à de nouvelles séries de mangas conduisant à d’autres animés et films, et toujours sous la houlette du seigneur Masami Kuromada, Ô le grand créateur qui ne peut se séparer de son univers infini. De quoi se perdre dans toutes ces constellations !

Mais voilà, Saint Seiya Legend of the Sanctuary, le sixième de la saga, est le premier qui se démarque de tout ce qui a été produit jusqu’à présent : C’est un reboot du meilleur passage de la saga originelle, celui où, pour sauver Athéna, l’équipe des chevaliers de bronze traversent le Sanctuaire en affrontant 12 chevaliers d’or. Donc pas d’inquiétude si des termes comme « Pegasus Ryu Sei Ken » ou « Crystal Wall » ne vous disent rien, le long métrage s’adresse plus aux profanes qu’aux fans !
Cette fois, Kuromada, producteur, s’est personnellement impliqué dans la création du film, comme c’est à la mode ces derniers temps pour les auteurs de manga Shonen (One Piece, Naruto, Dragon Ball Z…).

Aussi, le film est en image de synthèse, et donc extrêmement attendu au tournant ! Je ne voyais pas d’objection surtout que ces beaux combats aux pouvoirs merveilleux et aux armures complexes méritaient bien des plans totalement libres. Et ça fonctionne ! Les textures des armures, les reflets, les expressions, le pari est tenu. Malheureusement, rien de bien transcendant surtout quand un certain Albator est passé par là un an avant. Et soyons honnête, le film ne fait même pas rougir Final Fantasy Advent Children sorti il y a 10 ans. Mais l’enjeu est tout autre. Animer de pareilles armures est extrêmement difficile surtout qu’elles sont très nombreuses. Les scènes d’action sont fluides, les mouvements bien lisibles et niveau spectacle, le film vaut le détour. Mention spéciale pour les impacts et les nombreux détails comme l’usure des armures.
Le film bénéficie également d’une bande originale qui soutient parfaitement l’action tout en restant dans la lignée des symphonies de Saint Seiya. Lorsque vous découvrez un magnifique Sanctuaire suspendu avec de pareilles musiques au cinéma, c’est le frisson garanti !

Vous l’aurez compris, techniquement ça tient la route. Maintenant je vais prendre le taureau par les cornes : Ce n’est pas le film qu’il fallait faire !
Déjà, une heure trente c’est bien trop court ! Le passage du Sanctuaire avait 73 épisodes à lui seul ! Cette erreur, on la doit au George Lucas du manga, Kuromada, refusant la demande du producteur de faire deux heures. Ça laisse donc peu de place pour raconter une histoire qui se veut aussi épique. Du coup, telle « l’Excalibur » du Capricorne, on tranche dans la bobine ! il faut foncer, pas le temps de s’offrir des envolées lyriques, on enchaîne les explications et l’action puis on bâcle TOUS les personnages !
Et là c’est impardonnable ! Saint Seiya fait partie de ces rares séries qui proposaient des personnages ultra charismatiques appelés à devenir des références pour les séries à venir. Ce concept génial de la hiérarchie, des codes couleurs et autres pouvoirs faisait rêver au point qu’on s’identifiait tous à un signe ou à un des caractères. Tout n’était pas parfait, et souvent l’auteur allait tellement loin que ses archétypes devenaient des stéréotypes. Mais fallait lui accorder que ce mélange subtil de mythologie grecque, de Sentai et de Shonen apportait une magie nouvelle ! De plus, le passage du Sanctuaire, alors repris dans moult mangas tel que Bleach, relevait du génie ! Et ce chara-design de Shingo Araki qui surpassait de loin celui de l’auteur… Tout était sublime, bien que long, trèèèèèèèès long !

Avec Saint Seiya Legend of the Sanctuary, c’est l’inverse, le temps est tellement compté que les rares combats contre les chevaliers d’or s’enchaînent très vite. Et quand je dis rares, c’est parce que vous ne les verrez pas tous se battre, voire, vous verrez une attaque ici ou là. On ne peut donc même pas trouver agréable de fait que ces affrontements soient plus rapides tant la frustration reprend le dessus fréquemment. Idem pour leurs maisons qui servaient à leur exposition, ici pas le temps de s’y attarder (ha, les pauvres fans de la Vierge, des Gémeaux ou du Poisson). Vous l’aurez compris, la sacralisation des signes et des guerriers, on s’en cogne !
Seul Seiya est à peu près « caractériel », c’est un d’jeun qui fait son excentrique. Wouahou ! A la rigueur Shiriyu, parce qu’il ne veut jamais enlever son armure… Bon ok c’est nul, mais pour le reste, c’est le néant ! Même Athéna n’est plus qu’une gourdasse qui passe son temps à être étonnée et à exprimer la même onomatopée de surprise… Elle offre même un final qui vous fera baisser la tête tellement elle est peu crédible ! D’ailleurs on ne ressent pas du tout cette peur de mourir qu’elle devrait avoir après s’être fait transpercée par une flèche… Surement parce qu’elle N’EST PAS SOUFFRANTE OU DANS LE COMA ! Où est réellement l’enjeu ? Où sont les émotions ?
Mais bon, fallait bien une dose féminine qui reste tout le long pour rendre ce film plus accessible.

Vous allez me dire que je reste trop dans la nostalgie avec mes comparaisons à deux balles… Ok j’exorcise mon côté vieux schnock… c’est vrai que le film cible vraiment les ados actuels, Seiya est donc plus fun, le métrage est beaucoup plus dynamique et plus High Tech tant les armures sont désormais dans des pendentifs… Non mais voilà une autre blague ! Si les chevaliers portaient leur Pendora Box, c’était pour exprimer le poids de leur armure ! Ainsi le respect s’imposait par le mérite ! Mais cela renvoi à un autre manque cruel dans ce film qu’est la volonté de toujours se dépasser. On revient toujours au timing, pas le temps de se focaliser sur un personnage et ses émois… Même l’arrivé du phénix, normalement très calibrée, arrive à être foirée comme jamais !
Je n’ai rien contre le fait d’adapter un grand classique pour une nouvelle génération, mais là, faut quand même avouer que les rares explications sont survolées. Du coup, de nombreux détails laisseront les profanes sur leur faim, voire dans l’incompréhension la plus totale. Et le film joue aussi sur les clichés que Saint Seiya a véhiculés, et que seuls les fans peuvent apprécier. Du coup, si je comprends bien, c’est un film pour les ados mais qui cible les anciens fans trentenaires ?
Quel foutoir !

En bref, une cinématique d’une heure trente qui vous en mettra plein la vue. Cette nouvelle vision saura peut-être trouver un nouveau public. Les connaisseurs iront surement, mais seront déçus par le fait que le film ne soit qu’une synthèse ratée de leur œuvre préférée. En tout cas, s’il faut le voir, c’est bien au cinéma pour profiter d’une bande son géniale, d’un format Scope trop rare dans l’animation et d’une déferlante d’action jubilatoire.

Philippe Bunel

Les Chevaliers du Zodiaque, la Légende du Sanctuaire
(Saint Seiya Legend of the Sanctuary)
Sortie le 25 février 2015

About the Author

BAKANIME #07 – L’île au trésor

BAKANIME #07 – L’île au trésor

Téléchargement direct : SD ou HD (Enregistrer sous)
Téléchargement Itunes : SD ou HD

Oyé Oyé Otakus d’eau douce ! Embarquez pour une chronique de la série L’île au trésor de 1978.Série d’Osamu Dezaki produite par le studio Tokyo Movie Shinsha.
Un classique indispensable !
Bonne émission et bon animé !

Diantre, rejoignez la page Facebook de Bakast !et Twitter : @Philfuzz @BakastTV

About the Author

Bakast Mini #07 Souvenirs de Marnie – Le dernier Ghibli

Bakast Mini #07 Souvenirs de Marnie – Le dernier Ghibli


Bakast mini en Express !
Nous vous parlons du dernier film du studio Ghibli : Souvenirs de Marnie.
N’hésitez pas à nous dire ce que vous avez pensé de ce film si particulier !

Bonne émission !

@philfuzz @cinefuzz @BakastTV

About the Author

Albator (Harlock) FREEDOM

Albator (Harlock) FREEDOM

Bonjour à toutes et à tous, voici un dessin original qui me tenait à cœur. Une pose d’Albator qui en dit long sur sa combativité et sa revendication de liberté. J’espère qu’il vous plaira.
Pour l’occasion, le dessin est inscrit dans un concours sur le site de Leiji Matsumoto. N’hésitez pas à laisser votre vote (en cliquant sur les étoiles) ou même un commentaire ici !

Aussi, une émission Bakast consacrée à Albator est inscrite, soutenez là ici !

La grosse bise  !

Phil »

About the Author